Accueil > Observatoire > Commission d’évaluation au baccalauréat

Commission d’évaluation au baccalauréat

dimanche 23 octobre 2016

Une des plus difficiles problématiques de l’acte d’enseignement est l’évaluation. En EPS celle-ci se révèle d’une acuité singulière à tous les niveaux de la scolarité. L’évaluation certificative, parce que nationale et chargée de valeurs, n’est pas la moins compliquée, notamment celle du baccalauréat.

Les critiques sont multiples et portent tout à la fois sur les référentiels nationaux, les conditions de passation des épreuves, l’harmonisation des notes... Elles deviennent acerbes lorsqu’on évoque la différence entre filles et garçons.

Lorsqu’on tente de comprendre et qu’on se penche de plus près sur les données statistiques fournies, on s’aperçoit que le nombre d’APSA qui posent problème ne sont pas nombreuses. En effet, selon les données du baccalauréat 2008 de l’académie de Caen (source : Rapport de la commission académique d’harmonisation des notes) les APSA peuvent être classées en deux catégories : celles mesurables objectivement (athlétisme, C.O., escalade par exemple) et celles non mesurables objectivement (sports collectifs, tennis de table par exemple).

Pour les premières, les moyennes des notes des filles et des garçons sont quasi-équivalentes car elles contiennent, dans leurs référentiels nationaux, une différence entre les filles et les garçons. Elles sont aussi, parce qu’objectivables, plus faciles à noter.

En ce qui concerne les secondes, les écarts de notes sont substantiels soit à l’avantage des garçons (sports collectifs et tennis de table par exemple) soit à l’avantage des filles (gymnastique et cirque par exemple). Dans ces APSA aucune différence sexuée n’est prise en compte dans les référentiels nationaux. De surcroît ces derniers sont fortement marqués du sceau de la pratique masculine. Dès lors le passage du référentiel national à une grille de notation, qui tient compte de la particularité des élèves, est un travail dont on ne peut faire l’économie tout comme s’imposent une bonne connaissance de l’APSA et un temps de pratique conséquent pour les élèves.

Ce sont les raisons pour lesquelles la commission évaluation se propose d’apporter une aide aux collègues en poursuivant un double but :

  • Rendre plus facile, plus accessible, autant que faire se peut, l’évaluation certificative dans les activités non mesurables
  • Prendre en compte la différence entre les filles et les garçons en prenant appui sur les comportements typiques des garçons et ceux des filles

Documents à télécharger