Réforme du collège, propositions du collège Félix Leclerc

samedi 25 février 2017

L’idée n’a pas été de refonder entièrement nos pratiques d’enseignement mais simplement de formuler, de clarifier des choses déjà existantes dans notre collège afin d’aboutir à des apprentissages communs, plus cohérents et plus progressifs.
La difficulté est alors d’obtenir un cadre suffisamment large qui balaiera la majorité des compétences du socle tout en restant relativement simple pour être utilisable sur le terrain.
Nous sommes partis des 5 domaines du socle. Pour chacun d’entre eux, nous avons tenté de choisir les compétences que l’on jugeait prioritaires au regard des caractéristiques des élèves de notre collège. Ces compétences, toujours issues des textes sont parfois simplifiées, parfois reformulées de façon à ce qu’elles apparaissent plus explicites pour l’équipe EPS mais surtout pour les élèves. Pour gagner en clarté, des exemples concrets viennent illustrer chaque compétence.
Notre objectif est de définir des cadres qui jalonneront progressivement le parcours de formation de chacun de nos collégiens. A titre d’exemple, une des particularités de nos élèves est leur difficulté à se prendre en main. Ce sont majoritairement des élèves suiveurs, organisés autour de l’action, de la reproduction. Ils délaissent toutes les tâches qui demandent une analyse réflexive. Ils se questionnent très peu sur leurs actions et ils ont des difficultés à s’exprimer à l’oral.
Dans le cadre du domaine 2, une des premières étapes en fin de cycle 3 sera d’arriver à rendre les élèves capables de prélever des informations pour se questionner sur leurs pratiques. Ex : se filmer lors de la réalisation d’un ATR, sur un atelier aménagé pour s’interroger sur la notion d’alignement et d’équilibre.
En cycle 4, il s’agira de dépasser ce premier stade pour aboutir à des capacités d’analyse et de planification de nouveaux projets d’actions. Ex : en acrosport, repérer les difficultés sur la réalisation de leurs pyramides, de leur enchaînement ET être capable d’apporter par eux-mêmes des remédiations (ordre des pyramides, éléments de liaisons, modifications des postures du porteur/voltigeur…)
La difficulté est alors de savoir avec quelles activités travailler ces compétences et comment les évaluer.
Nos fiches APSA mettent en avant 1 à 3 domaines maximum auxquels nous contribuons dans nos séquences d’apprentissage (cycle). A noter qu’une compétence travaillée dans une activité peut l’être dans une autre. En revanche, afin de simplifier les validations et éviter « l’usine à cocher » seule une à deux compétences donne lieu à une validation en fin de séquence.
C’est nous qui annonçons aux élèves en début de séquence les éléments qui font l’objet d’une validation au sein de leur carnet de compétence. Ces compétences sont évaluées par nos élèves en milieu de séquence et par les professeurs à la fin. Une compétence validée l’est définitivement.
Ex : En badminton, nous contribuerons à la construction de 3 compétences relatives aux domaines 1, 2 et 3. Pour autant, celle qui nous semble prioritaire et qui fait l’objet d’une validation est celle qui correspond à la maîtrise du rôle d’arbitre.
Deux documents en appui de la proposition :
1. Un carnet de compétences en EPS
2. Un outil pour les enseignants à propos du socle